La vie & ses deux canards

  Joyeux canard ! Coiffé, laqué de près ! Il viendrait d’un milieu huppé, Quel scientifique, quel sociologue s’en étonnerait ?  -« Il reviendrait d’un voyage en Inde, Holi : la fête des couleurs ! » -« Ou sortirait du programme « Faites vous désirer, devenez Canard à l’Orange ! » Il rentre pimpant, Petit Bec à la langue bien pendue. Ses yeux enthousiastes concurrencent ses mots emmêlés et précipités : TOUT raconter …. Paroles aussi ébouriffées que ses plumes ! Face à lui, le Faux Ténébreux. Il a bien essayé ! Cape marron, regard nostalgique… Tellement lumineux, Qu’il s’agirait en fait d’un songe, d’un … Continuer de lire La vie & ses deux canards

Naissance d’un pont – Maylis de Kerangal

« Le 15 août 2017, le New York Times annonça dans ses pages Business la construction d’un pont dans la ville de Coca, brève de trois lignes en bas de casse corps 12 qui glissa sans rien accrocher d’autres que des haussements de sourcils — on pensa : enfin, y en a qui vont avoir du boulot ; ou ça  est , ils relancent par une politique de grands travaux, rien de plus. »     Ce début du roman n’a rien du livre que l’on prend pour se détendre puisqu’elle aborde dès le départ ses thèmes : le bâtiment, et le … Continuer de lire Naissance d’un pont – Maylis de Kerangal

Un parfum d’encre et de liberté – Sarah McCoy

Deux parcours ; deux femmes stériles qui luttent pour trouver une nouvelle fertilité. Ces femmes, Sarah Brown suivant les traces de son père dans la cause abolitionniste en 1850, dessinant des cartes allégoriques pour indiquer le chemin aux esclaves, Eden Anderson (2014) en s’attachant à son quotidien et aux petites choses pour sauver son mariage & son épanouissement personnel, toutes deux empruntent le chemin des sens pour être et goûter la vie : reçue au quotidien par le monde qui les entoure, & donnée autour de soi. L’auteur nous attache autant à ces deux personnages qu’à leur entourage et leur univers. … Continuer de lire Un parfum d’encre et de liberté – Sarah McCoy

Dans les forêts de Sibérie.

J’avais déjà écrit un article sur Sylvain Tesson & nous voilà, chers amis, dans une autre approche. En effet, il s’agit de comparer le travail de Sylvain Tesson avec son livre Dans les forêts de Sibérie, et le film tiré du journal en 2016 par Saffy Nebou. En ne partant pas du tout de la même situation, le personnage principal du film (incarné par Joël Personnaz), n’offre pas tout à fait les mêmes découvertes. Teddy, ancien manager multimédia, décide de venir prendre du recul dans le silence du lac Baikal. Mais sa jeunesse, sa fougue, contrastent avec la sagesse, la réflexion … Continuer de lire Dans les forêts de Sibérie.

L’éveil de Mademoiselle Prim – Natalia Sonmartin Fenollera.

  Prudence Prim, trentenaire célibataire riche en diplômes  répond ç une annonce d’emploi de bibliothécaire. Elle arrive alors dans le village de Saint Irénée où tout semble s’être arrêté au premier abord, elle est surprise par l’évolution de la société. Elle intègre une demeure tenue par un érudit et habitée par lui et ses neveux orphelins. Il met pour cela à leur disposition une bibliothèque et les personnes compétentes du village mais ne les scolarise pas. Cette première approche la scandalise mais elle n’est pas au bout de ses peines. Le village entier fonctionne sans grandes institutions, il n’y a … Continuer de lire L’éveil de Mademoiselle Prim – Natalia Sonmartin Fenollera.

Histoire d’expression.

Tic, regard … Tac, reflet ! (Bruissements) Tic, « & comme ça ?! » … Tac, clarté du noir ! Furtivité du moment, Qui ne dure que l’instant D’un Noir et Blanc. La main caresse ces cheveux Qui seront peignés, mouillés, enduits. Puis lavés, séchés, dressés, coiffés. Texture de sa chevelure, Souvenir ou prémice, & promesse De cette caresse, Qu’elle sera ce soir. Tard ! I I Imperceptibles élans, Captés, croqués, fixés, Emotions échappées – – Suspensions en l’air – Happées par le coeur, Magik’& tecnik’, de l’artistik’ & humaine opérateure, MGphotographies Facebook : MGphotographies. Continuer de lire Histoire d’expression.

/!\En exclusivité pour vous /!\

  Méandre Côté, sur un appendice plaisanté, Témoignait en son baldaquin un fiasco. Maître Retors, par l’occasion aigrie, Lui tint à peu près cette lèvre. Hé Bourricot Monsieur du Côté ! Que vous épurez bien ! Que vous me semblez baveux. Sans marginaliser, si votre réconfort Se retire à votre péniche Vous êtes la parenthèse des humours de ces bleds. A ces maillons, le Côté ne se serre plus de jubilé & pour menacer sa benoîte variété, Il omet un lointain bonze, laisse tartiner sa pauvreté Le Retors s’en sali et dit : Mon borné margoulin, Apprenez que tout fiston … Continuer de lire /!\En exclusivité pour vous /!\